États modifiés de conscience

J’admire depuis longtemps l’important travail accompli par Jacotte Chollet pour créer une musique qui suscite des états modifiés de conscience.
Ses compositions et créations ont le pouvoir de déclencher un phénomène de guérison au plus profond de l’être, d’initier une transformation et d’ouvrir à une vision spirituelle de soi.
Je suis heureux de pouvoir avec d’autres apporter mon soutient à Jacotte pour promouvoir sa recherche importante et encourager tous ceux qui sont sensibles au pouvoir de la musique à s’ouvrir aux énergies bienfaisantes de celle-ci .

KENNETH RING. DOCTEUR EN PHILOSOPHIE, PROFESSEUR DE PSYCHOLOGIE, UNIVERSITÉ DU CONNECTICUT, FONDATEUR DE IANDS (ASSOCIATION INTERNATIONALE POUR L’ÉTUDE DES ÉTATS PROCHES DE LA MORT), USA.

Tout au long du déroulement du disque, je reste longtemps consciente des différents effets qu’il procure à mon corps. Dès les premiers sons je ressens des vibrations depuis les pieds jusqu’au visage. Je me laisse porter, j’ai rendez-vous avec mon inconscient en douceur.
Je regarde le film se dérouler, quelle incroyable expérience d’états modifiés de conscience : remonter ainsi à la source de mon être !
Je regarde mes jambes, une croûte épaisse les recouvre, c’est comme une peau de vieux crocodile qui s’ouvre sur les cotés et mes jambes s’en dégagent. J’ai la sensation que tout mon corps se sépare de cette carapace, mais dans ma vision, je ne vois que mes jambes.
Je ressens une chaleur au-dessus de me tête, puis je ne me souviens plus de rien !

FRANCINE D.

musique guérison emotionnelle mémoires traumatiques états modifiés de conscienceREVÉCU DE LA NAISSANCE, ÉTAT MODIFIÉS DE CONSCIENCE.
Une fois, en écoutant la musique, (CD UNITE) je me suis vue dans le ventre de ma mère, ma sœur jumelle venait de passer la première et moi j’étais assise recroquevillée, la tête vers le haut du ventre.
Soudain, j ai vu l’intérieur du passage depuis l’intérieur du vagin de ma mère.
Je regardais ses mouvements, ses spasmes mais je ne voulais, je ne pouvais pas passer et c’est alors que j’ai ressenti en écoutant la musique, un besoin physique de me retourner à l’envers du lit.
Je me suis mise la tête aux pieds, enroulée comme un fœtus, puis allongée de tout mon long, j’étais devant l’ouverture.
La musique continuait, j’étais à la fois consciente et comme dans un rêve.
Puis, j’ai ressenti comme une impulsion obligatoire, une nécessité de me mettre dans la position inversée dans mon lit.

Ma mère m’a raconté plus tard, qu’à ma naissance elle avait souffert lors de mon passage. Je ne suis pas née la tête première mais les jambes repliées, en position dite du siège.

FRANCINE D.

Retour haut de page